2020, LA reconstruction du mazet et des espaces d'école buissonnière du CPN de Goupil Connexion

2020, LA reconstruction du mazet et des espaces d’école buissonnière du CPN de Goupil Connexion

4.1.20

Le mazet des enfants du futur est en train de s’écrire avec vous toutes et tous, unis pour sortir d’un archaïsme "démocratique" bien trop pesant au village pour continuer ainsi.
Des messages de soutiens fusent de partout qui disent tout et montrent la volonté des citoyens qui veulent vivre pleinement leur vie sans attendre et propulser leurs enfants dans un futur génial, libre, fraternel, inventif et attentif aux autres, à tous les autres.

Ici, les premiers soutiens assemblés ce 4.1.20.

PDF - 130.3 ko
les 1ers soutiens à la reconstruction 4.1.20

Juste pour idée de tous ces beaux moments que nous vivons ensemble :
Salut toute l’équipe,
Bonne Année 2020 !
Nous nous joindrons à vous pour la reconstruction du mazet.
Lieu emblématique de la TRANSMISSION des savoirs et de la Connaissance de la NATURE.

Merci à Marie pierre, Marie Thé, Catherine et tous ceux qui ont permis à nos enfants d’acquérir une conscience d’Humanité au travers de la prodigieuse Nature !

Après le Midi libre du 1er janvier,

JPEG - 127.8 ko
JPEG - 34.6 ko
JPEG - 174.2 ko

puis le passage sur Radio France Bleu Hérault le 2, France 3 est venu filmer le 2.1 sur le site avec passage aux infos régionales. Reportage à revoir ici. Ou ici, le reportage de France 3 Occitanie du 3.1.20 sur le site du mazet détruit.

Jamais le mazet du CPN n’était passé à la télé, c’est fait !

Les cyprès du grand-père de Lisette s’étaient faits beaux, la mare, la garrigue de Brissac en hiver aussi, tous très fiers de témoigner avec nous de ce beau travail d’éducation buissonnière partagée ouverte à tous, en chemin depuis 25 ans.

Travail qui reprend de "l’esquirre" comme l’a dit Christiane… de l’énergie collective.

JPEG - 215.3 ko
un CPN en actions, 2012 - 2013
2020 s’avance vers LE grand chantier de réparation et de préparation des espaces communautaires dédiés à Goupil à l’éducation à la nature, l’éducation populaire buissonnière, à l’expérience avec la nature et les animaux, refaisant du lien entre nous tous, que ce soit :
- à Brissac sur le site du Mazet du CPN détruit cet hiver, notre petite réserve naturelle à réparer et préparer pour les enfants du territoire
- à Laroque, à l’Hôpital pour la Faune Sauvage et des animaux blessés ou orphelins en réparation, avec un espace de formation, sensibilisation, une école de la nature et de la biodiversité permanente, en direction des écoles
- et même à la Ville ! Et oui... rien ne sert de faire des choses géniales en arrière-pays si l’on ne les partage pas et ne les propulsons pas à la Métropole de Montpellier.

Recentrant pour les années à venir nos énergies rassemblées sur ce "prendre soin de soi et des autres", "de la nature et de ceux qui y vivent", de ce Bien commun qui nous unit, seule richesse dont on hérite, à enrichir de tous nos actes pour TOUS les suivants.

Renouveau dont tous, la nature et les enfants au centre et nous tous autour… ont besoin, plus que jamais.

Avec cette évidence souvent niée : ces "reconstruction, réconciliation, reconnexion" avec tous ces autres qu’on ne connait pas, nécessitent un nouveau savoir-faire, une vraie curiosité et un goût des autres à apprendre, à apprécier à tout âge, petit à petit. Cela ne vient pas d’un coup ! Pas de grand soir, ni de révolution de décembre.
Un travail collectif de s’accorder aux autres et aux choses sans attendre.

Chantiers de reconnexion et de réconciliation les uns avec les autres, moments de rencontres, de dialogues, de retrouvailles et de découvertes, d’émerveillement et tout en cheminant de l’apprentissage d’un nouveau vivre ensemble sans frontières et sans violences, d’un art de vivre collectif dont on avait failli perdre le goût et même l’idée que ce n’était pas qu’un rêve, qu’il était surtout temps d’y travailler et de s’y mettre.

Education - sensibilisation - apprentissage d’un autre art de vivre qu’on avait failli penser qu’il n’était plus possible, et pour lequel il est temps de s’y mettre.

L’urgence n’est donc plus à un lotissement de plus, utile ou inutile, la discussion étant déjà périmée, une urbanisation qui flatterait la détermination égoïste d’élus à avancer contre vents et marées, ou simplement utiles pour seuls quelques uns.

Pas de chantiers béton "pour faire venir encore du monde", encore de ces nouveaux habitants dont on rêve, pour leurs enfants, leurs pouvoirs d’achat, leurs voix... mais à qui on parle si peu, qu’on n’écoute même plus, même plus leurs enfants.

Comme si tous étions des opposants-nés... à quoi ?

L’urgence 2020 que les citoyens demandent à Brissac est un chantier humain au village pour réconcilier les habitants, sortant ce village de haines et jalousies croissantes, les uns contre les autres, héritées des siècles derniers, dont nous n’avons que faire.

Pour une fois tous posés, écoutés, entendus, ensemble pouvoir propulser le projet commun d’un village résolument attentif et ouvert vers les autres, tous les autres, le monde, l’environnement, notre bien commun, cet impensé commun qu’il est temps de penser.

≠noustoutesettoutescitoyensunisdumonde

Remercions cette fin d’année 2019 d’embrasement qui donne à comprendre à nombreux qu’un autre monde de paix et d’harmonie est possible. Faisons le, vivons le !

Suivant les conseils du Mahabharata, qui plusieurs siècles bien avant J-C, à l’orient de chez nous, qui donne aux hommes un seul viatique, une seule feuille de route :
"Paralysez les guerres, Aimez-vous les uns les autres, Vivez doucement sur la terre"

Pas d’aujourd’hui...

Nous avons cette fois tous les ingrédients pour installer dans nos territoires le Goupil et le Mazet du CPN du futur !

En tous les cas, la garrigue du mazet est prête à Brissac, et tous ses habitants discrets si beaux si fragiles et les enfants du pays nous attendent.

Et aussi tous ces animaux sauvages, des petits aux plus grands, étranges étrangers qu’on connait si mal, soignés et réhabilités à l’Hôpital de la Faune Sauvage.

Merci à tous, nous vous ferons très vite signe pour les premiers chantiers collectifs de cette reconstruction-réconciliation 2020, autant sociétale qu’environnementale.

et à très bientôt pour la suite,
restons connectés, naturellement

JPEG - 188.1 ko

Marie Pierre Puech
Goupil Connexion