2ème Jour de la Nuit à Brissac, c'est parti...

2ème Jour de la Nuit à Brissac, c’est parti...

JPEG - 135.1 ko
logo JN 2010

Depuis quelques années, la pollution lumineuse menace l’environnement nocturne et « éteint » le ciel étoilé.

JPEG - 42.5 ko
Ciel orange des halos des villes (doc Jour de la Nuit) : mais où sont passées les étoiles ?

Ciel étoilé éteint au-dessus des villes

En 10 ans, le nombre de points lumineux a augmenté de 30% et s’élève aujourd’hui à 8,7 millions en France : tout cet éclairage artificiel déstabilise les écosystèmes nocturnes, les cycles de sommeil des humains, compromet l’observation des étoiles et représente une consommation d’énergie importante qui devrait être réduite, dans un contexte mondial de changements climatiques et surtout de crise économique.

JPEG - 21.5 ko
La biodiversité, c’est ma nature

Biodiversité, en savoir plus...
Inscrit dans le cadre de l’Année Internationale de la Biodiversité, le Jour de la Nuit est donc un appel à renouer un lien vital avec la magie d’une nuit noire préservée.

Agissons ensemble aujourd’hui pour permettre aux générations futures de s’émerveiller des nuits étoilées, longtemps.

JPEG - 42.7 ko
bandeau JN 2010

Le reportage :

A BRISSAC
pour le second "jour de la nuit",
l’alerte orange météo qui n’était pas au RV, s’est invitée...

Nous avons eu une activité CPN (sous abri...) l’après-midi autour du Jour de la Nuit et des animaux de nuit.

JPEG - 83.1 ko
CPN activités Jour de la Nuit 2010
JPEG - 36.4 ko
JPEG - 51.6 ko
CPN activités Jour de la Nuit 2010 - atelier pelotes de réjection
JPEG - 107.2 ko
CPN activités Jour de la Nuit 2010 - atelier pelotes de réjection

Chauves-souris, blaireaux, loups et chouettes au menu... avec une dissection et observation attentive des pelotes de réjection de chouettes effraies.

Et en soirée, toujours pluvieuse, quelques braves nous ont rejoint pour discuter en salle, à partir de la très bonne conférence de David Amill, jeune astronome motivé, sur la pollution lumineuse. Toujours aussi passionnant.

Et là, chance... lorsque nous avons procédé à l’extinction des lumières publiques du village... magie : une fois les lumières éteintes, les étoiles y étaient !

JPEG - 103.7 ko
Jour de la Nuit 2010 - observation des étoiles après extinction

Nous n’y croyions vraiment plus : Jupiter, les Pléïades et même une étoile filante qui s’est montrée. Comme pour nous remercier...

Tant et si bien que si la bonne météo se confirmait (et nous suivrons son évolution, heure par heure...) nos astronomes de St Gilles (30) sont tentés de revenir pour une observation des étoiles TOUT PUBLIC avec 5 ou 6 instruments sur la place de l’école du village de Brissac, un soir où les nuages nous oublieraient...

Ce ne sera pas le 6 novembre cause météo, mais une autre fois c’est sûr.
Avis aux amateurs.


La pollution lumineuse s’est démultipliée en quelques années sans que nous le voulions ni n’en prenions garde… et s’impose à nous, à quel coût...

Disparition des ciels nocturnes étoilés de notre enfance, halos oranges au dessus des moindres villages… sans parler des villes et lotissements périurbains où voir les étoiles la nuit devient un exploit.

Que laissons-nous voir à nos enfants ?

Il ne s’agit pas là d’agiter des spectres d’une écologie anxiogène à base de réchauffement climatique, de trou d’ozone ou CO2, ni d’abandonner tout éclairage public,
mais l’occasion ensemble de retrouver un bon sens TOUT près de chez soi… et qu’on ne veut surtout pas perdre.

Crise économique aidant… Quand bien même à cette saison de l’année d’entrée d’hiver dans l’hémisphère nord – augmentation des nuits % jours - et où la magie des lumières, des devantures éclairées des commerces et des maisons opèrent sur notre moral en scintillant, nous réchauffant les cœurs, est ce pour autant nécessaire d’éclairer tout ce qu’on éclaire toutes les nuits ?

PDF - 146.8 ko
ASCEN, 3 façons d’éclairer nos nuits
PDF - 205.3 ko
ASCEN, Recommandations pour une bonne utilisation de la lumière publique

Avec quelles conséquences pour nous les humains (et l’environnement dont on dépend : nature, faune et flore…)
et surtout quel intérêt ?

PDF - 776 ko
ASCEN, excès d’éclairage et environnement

Séquence créativité :
- et si on s’inventait de nouveaux systèmes d’éclairage urbain qui s’arrêteraient à 23 H et recommenceraient à 6 H… dans l’intérêt général (plus de 30 % des dépenses des communes servent à éclairer les étoiles pour rien - sommes nous si riches ?).

- et si on s’inventait des destinations vers des « réserves intermittentes de ciel nocturne » pour, certaines nuits éteintes, observer et apprendre à voir et comprendre l’univers profond qui nous entoure.

Entre tourisme, science et pédagogie... entre plaisir et raison, nos territoires de garrigues d’arrière – pays fabuleux vous invitent, entre Pic Saint Loup et Cévennes, à Brissac… ce soir pour commencer.

Brissac, petit village déterminé à partager et explorer durablement nos nuits étoilées.

Invitation au voyage du 2ème Jour de la nuit...


En savoir plus sur le Jour de la Nuit.
Et lire aussi un texte tiré du site de l’AFA.

SONGE d’une NUIT ETOILEE

Patrimoine de l’humanité, le ciel est partagé par tous, en tous lieux, à tous les âges, il est universel et sans frontière.
L’observation du ciel est une source inépuisable de rêves, de contes, d’aventures humaines, de mystères et de passions.

Contempler la voûte céleste, c’est aussi l’occasion de porter un regard sur le monde qui nous entoure, sur la science.

Mais depuis quelques dizaines d’années nous faisons le triste constat de la dégradation partielle de cette fenêtre ouverte sur l’Univers.

Dans nos villes on ne voit guère plus d’une vingtaine d’étoiles dans le ciel contre 2 000 par temps clair en campagne. L’AFA s’alarme de ce phénomène qui place la voûte étoilée dans un monde virtuel, la sort de notre quotidien, l’éloigne.

Il ne s’agit pas de remettre en question l’éclairage qui se conçoit parfaitement pour les besoins d’agrément, voire de sécurité,
mais de raisonner et d’organiser l’éclairage artificiel, de le rendre plus efficace et de limiter les dépenses d’énergie inutiles.

Effacer le ciel revient à faire la part belle à la pensée magique.
Permettre de ne pas être écrasé par de seuls obscurantismes, de réfléchir, sur la cosmogonie, sur la distinction entre créationnisme et représentation scientifique. Y renouer des liens pour en être plus libres.

Ne mérite-il pas de respecter les preuves de la nature de notre Univers ?
De ménager à tous un accès direct à la connaissance sensible ?



NB : les photos de bas de page du jeune écureuil en soins correspondent à Squirrel : une page lui est dédiée !