Comment agir ?

Comment agir ?

Si vous trouvez un animal sauvage blessé, appelez immédiatement le centre de soins le plus proche de votre position (http://uncs.chez.com/dans%20votre%2...).
De manière générale, des gestes simples peuvent sauver la faune sauvage locale : rouler moins vite pour limiter les risques de collision, ne pas déranger les animaux sauvages quel que soit la période de l’année et limiter l’utilisation des pesticides.

Pour les chouettes chevêches et effraies :

  • Ne pas couper les vieux arbres et laisser des accès dans vos maisons ou vieux bâtiments pour que les chouettes viennent nicher
  • Placer un nichoir adapté chez vous
  • Ne pas déranger les chouettes qui couvent dans les nichoirs ou bâtiments (au printemps) et ne pas ramasser les jeunes tombés du nid (les replacer en hauteur à l’abri des dangers et à proximité des parents)
  • Arrêter d’utiliser de la mort aux rats : laisser les chats ou les rapaces faire leur travail de prédation
  • Les protéger des pièges comme les cheminées et les bassins
    - Pour la sauvegarde des chouettes en Garrigues (document à télécharger)

Pour les faucons crècerelles :

  • Laisser des corridors écologiques (haies, arbres) entre les cultures
  • Ne pas déranger les couvées
  • Arrêter d’utiliser des pesticides

Pour les hérissons :

  • Reconnaitre un hérisson en difficulté : un orphelin (en dehors du nid avec les yeux fermés), un hérisson blessé ou couvert de tiques, un hérisson qui se promène la journée (il est certainement malade)
  • Avant l’hiver ou en période de sècheresse, laisser des croquettes ou de la pâtée pour chat et de l’eau à disposition (ne pas donner de lait, de pain ou d’œuf)
  • Laisser le hérisson poursuivre son chemin la nuit, ne pas le ramasser
  • Construire un gîte à hérisson dans son jardin ou simplement laisser un tas de feuilles, de foin ou de bois
  • Sécuriser le jardin : ne pas laisser trainer des outils dangereux susceptibles de blesser ou piéger un hérisson, boucher les canalisations avec un petit grillage, mettre des planches d’issus pour qu’ils puissent s’échapper des plans d’eau dans lesquels ils tombent fréquemment
  • Ne pas enfermer un hérisson dans son jardin sans possibilité de sortir : son terrain de chasse est très vaste
  • Vérifier avant de déplacer ou brûler un tas de feuilles, de foin ou de bois, ils peuvent hiberner en dessous
  • Eviter l’usage de pesticides et produits anti-limaces.

Pour les chauves-souris :

  • Ne pas entrer dans une grotte où il y a des chauves-souris
  • Ne pas déranger les chauves-souris qui occupent vos caves et greniers, ne pas supprimer les accès à l’extérieur et éviter de traiter le bois avec des produits toxiques
  • Ne pas utiliser de biocide
  • Protéger les arbres matures et la végétation au bord des cours d’eau
  • Conserver les zones humides existantes ou créer une mare
  • Construire un refuge à chauve-souris

Si vous êtes éleveur, n’hésitez pas à contacter l’association Goupil Connexion pour tout renseignement sur les actions en faveur de la conservation des vautours méditerranéens, des chouettes chevêches d’Athéna et effraies des clochers, des faucons crécerelles, des hérissons ou des chauves-souris.