Le déclin de vautours indiens et asiatiques en moins de 20 ans… Une affaire qui nous concerne tous.

Le déclin de vautours indiens et asiatiques en moins de 20 ans… Une affaire qui nous concerne tous.

Voici pour commencer le courrier envoyé début mars 2014 par José Tavares le directeur de Vultures Conservation Found, pour alerter sur ce qu’est en train de faire l’Union Européenne, au détriment du principe de précaution et des connaissances établies sur cette problématique en Inde et dans tout le sous continent asiatique.

PNG - 505.2 ko
Article Avril 2014 de J Tavares 4Vultures sur les vautours français et le Diclofenac à bannir

"J’espère que ce message vous trouve bien.
Malheureusement, je vous apporte de mauvaises nouvelles - les vautours de l’Europe sont désormais confrontés à l’un de leurs plus grands défis jamais, peut-être même plus dangereux et plus sévère que la réglementation sanitaire de l’UE introduites au début des années 2000 : le Diclofenac®

Le Diclofénac® vétérinaire tue les vautours et a provoqué une baisse spectaculaire ( 99 % ) et rapide des vautours dans le sous-continent indien - un effort important a été consacré à interdire avec succès la commercialisation de ce médicament dans cette région, comme des alternatives non toxiques qui existent. L’apparition de cette drogue en Europe - il est maintenant légalement en vente en Espagne et en Italie, et a été exportées de l’Italie à des pays comme la Serbie et la Turquie - représente une nouvelle menace importante pour les populations de vautours européens, et crée un précédent qui peut avoir un impact global sur les vautours du monde.
La Fondation pour la conservation des Vautours ( VCF ) a été dans cette affaire depuis que nous avons été alertés de cette menace importante. VCF et BirdLife International ont préparé et envoyé cette semaine à l’Union européenne une demande officielle visant à interdire ce médicament vétérinaire...

Ce médicament vétérinaire diclofenac est un médicament anti- inflammatoire non stéroïdien qui pourrait être utilisé pour traiter les bovins. Toutefois , le diclofénac provoque une insuffisance rénale aiguë chez les vautours. Dans les trois dernières décennies, l’apparition de diclofénac vétérinaire dans le sous-continent indien a conduit à la baisse massive de plusieurs espèces de vautours là - maintenant seulement 1% des dizaines de millions de vautours qui se sont produits en Asie du Sud restent. Déclins de population en Inde au cours de la période 1992-2007 ont varié entre 97,5 % et 99,9 %, selon les espèces.

Les vautours meurent d’insuffisance rénale dans les deux jours de manger les tissus de bovins traités avec une dose vétérinaire du diclofénac. En Inde, moins de 1% des carcasses de bovins disponibles aux vautours devrait contenir un niveau mortel de diclofénac pour tenir compte des taux rapides observés de déclin. Le coût pour la société indienne de la crise de vautour a été estimé à 34 milliards de dollars. Un médicament anti-inflammatoire autre et sécurisé pour les vautours existe, le méloxicam...

L’homologation des médicaments vétérinaires de diclofénac pour l’élevage, en Italie et récemment en Espagne (depuis 2013), pose une nouvelle menace importante pour ces espèces dans notre continent. Malheureusement, les évaluations des risques effectuées nécessaires dans le processus d’approbation nationale ne comprennent pas l’impact potentiel significatif sur les vautours.

La situation en Espagne en particulier, est à haut risque, comme ce pays accueille la majeure partie des populations de vautours européens - 90 % des vautours fauves européens, 97 % des vautours moines , 85 % des vautours percnoptères et 67 % des gypaètes barbus en Europe.


Ces vautours, et en particulier les vautours fauves et vautours moines (les plus communs), se nourrissent souvent de carcasses d’animaux domestiques laissés dans les champs, ou à des points d’alimentation vautours dédiés qui leur offrent de grandes quantités de bovins et de porcs provenant de l’unité extensive et intensive.

Compte tenu des impacts avérés de diclofénac sur les vautours, les habitudes alimentaires des vautours européens, et la distribution et l’état de vautours en Europe, il est clair que nous sommes confrontés à une crise potentielle. Ceci définit également des précédents dangereux pour les pays africains et asiatiques , qui pourrait importer diclofénac de l’Europe ..

Pour le FCV, le cas est limpide - c’est vraiment une question de l’apprentissage de ce qui s’est passé en Inde ! En cas de risques pour l’environnement ou la santé humaine , les États membres et / ou la Commission peut engager une procédure de renvoi à la suite interdire un certain médicament . Le fait qu’une alternative sûre existe , que la législation européenne de la conservation de la nature protège ces oiseaux , et le contribuable de l’UE a déjà investi des millions d’euros dans la conservation des vautours européens , devrait offrir aucun doute - le diclofénac vétérinaire doit tout simplement être interdit de l’Europe !

Nous avons maintenant envoyé à l’UE et à certains États membres de l’UE une demande formelle pour eux de commencer une procédure de saisine pour un retrait de l’autorisation de commercialisation du diclofénac vertu de l’article 35 de la directive 2001/82/CE , sur la base de ses risques pour les populations de vautours dans europe. Nous avons également publié un communiqué de presse. Vous pouvez trouver à la fois le communiqué de presse et aussi une séance d’information complète à www.4vultures.org/news

S’il vous plaît, envoyez le communiqué de presse à vos contacts de presse, et aidez à partager cette information. Vous pouvez également écrire à vos autorités vétérinaires et environnementales sur ce point.

Des nouvelles de ce sont également dans notre Facebook et Twitter (voir boutons ci-dessous ) - s’il vous plaît de partager et de retweeter ..

Espérons pour le mieux - mais se préparer au pire .-

Dr. José Tavares
Director
j.tavares@4vultures.org

Together for Vultures"

Vulture Conservation Foundation
Wuhrstrasse 12. CH-8003 Zurich, Switzerland
Tel. +90 532 461 3463 | http://www.4vultures.org/

--------

Le lien pour la pétition :

et le dernier courrier de mon ami Guy Joncour en date du 25.3.14 en direction du Laboratoire Vétoquinol pour faire arrêter le Diclofenac bien parti en Europe… si nous ne nous mobilisons pas.

PDF - 123.2 ko
Lettre G Joncour 25.3.14 à Vetoquinol % diclofenac

Pour en comprendre mieux l’importance et l’incidence dans le sous continent indien, relire l’article de 2013 de Myriem Lahidely, journaliste Montpelliéraine qui connait très bien l’Inde, sur « Les vautours sous haute surveillance en Inde » (paru dans la Semaine Vétérinaire) et qui reporte le travail fait par les Indiens depuis la re-connaissance de l’impact négatif sur les vautours de médicaments anti-inflammatoires injectés sur les vaches sacrées, pour leur confort et leur santé, vaches non consommées par les humains… ne pas oublier ; ces anti-inflammatoires (le diclofénac, le kétoprofène, molécules « modernes » pour le confort de fin de vie de ces vaches ont fait que les Indiens ont détruit – sans le savoir ni le vouloir – plus de 95 % en moins de 20 ans la population des trois grands vautours du sous-continent indien, efficaces recycleurs nécessaires de ces territoires…
Ils étaient 65 millions… ils ne sont plus qu’une poignée… et le service rendu n’est drastiquement plus ce qu’il était. Et rien de moins sûr de les « sauver » et de récupérer leurs compétences éco-systémiques.

Myriem Lahidely - Les Vautours Indiens sous haute surveillance - mars 2013 - p1 {JPEG}
myriem Lahidely - Les Vautours Indiens sous haute surveillance - mars 2013 - p2 {JPEG}

PDF - 978.5 ko
Les vautours sous haute surveillance en Inde - Myriem Lahidely- SV 2013
Myriem Lahidely Vautours Indiens Semaine Vétérinaire mars 2013

Seuls les vautours percnoptères (dont une sous espèce ginginianus), avec quelques vautours fauves et moines eurasiens, visiteurs d’hiver en Inde, des milans noirs, viennent seuls désormais sur les cimetières de carcasses au milieu d’une population de chiens sauvages qui s’est démultipliée –cause car quasi seuls à utiliser ces millions de tonnes de cadavres - depuis la mort des grands vautours… avec aggravation de la rage humaine à l’appui.

L’article de mars 2013 de Myriem Lahidely, écrit pour les vétérinaires français, décrit comment les scientifiques et vétérinaires indiens commencent à s’organiser au Rajasthan pour renouer avec leur recycleurs ailés… Mais rien n’est encore joué pour que cette biodiversité pratique retrouve sa fonctionnalité et population… Les grands vautours indiens, en voie d’extinction ou de récupération ? Tout comme les vôtres ici en Europe du Sud ici. Un seul monde à prendre soin tous ensemble. Rien de simple en France et en Europe où l’élevage industriel réclame l’usage libre de ces mêmes anti-inflammatoires, dont le diclofénac si décrié... déjà vendu en Espagne et Italie... là où "nos-vos" vautours vont et viennent libres entre Afrique et Asie comme nettoyeurs et dernier service public gratuit...

Comment faire comprendre l’Europe très centro-centrée ?
Comment faire peser dans la balance vers une planète moins surchauffée et malmenée ?

JPEG - 440.2 ko
décharge à Delhi, avec percnoptère - avril 2013

À suivre dans cet épisode à étapes, d’autres écrits et publications de Guy Joncour, vétérinaire et naturaliste breton très engagé aussi et depuis longtemps autour de ces enjeux, qui justement travaille sur l’incidence complexe de différents facteurs sur la santé des vautours et des écosystèmes dont ils ont la charge de nettoyer, de tenir propres... à commencer par les xénobiotiques, "produits qui ne sont vivants", des pesticides, médicaments et tout autre produit non vivant type perturbateur endocrinien, en petite ou grande dose, qui, administrés, cumulés, multipliés, associés, aux animaux comme aux humains, rejoignent la nature et les animaux sauvages, vautours ici ou là-bas, poissons, ou l’eau qu’on boit, la terre dont on se nourrit...

La modernité est partout, globale et c’est à nous tous de devenir sensé, sensible, bienveillant avec tout ce qui fait nos vies riches et belles, responsables et sages.

JPEG - 903.1 ko
Poster Dr Vet G Joncour congrès OIE 2010 en anglais
PDF - 1.5 Mo
Intoxications Vautours par des xénobiotiques (médicaments vétérinaires et phytosanitaires) impact sur la Faune Sauvage Joncour SNGTV 2010

D’autres données sont à retrouver sur les sites en anglais de Saving Asia’s Vultures from Extinction, où d’autres agissent partout dans le monde.

Un seul monde, une seule santé, une seule richesse à savoir partager et enrichir à 9 milliards bientôt d’humains et 10 000 êtres autour et parmi nous...