Relâcher à Laroque d'une buse variable en soins après tir illégal

Relâcher à Laroque d’une buse variable en soins après tir illégal

Cet oiseau protégé, comme tous les rapaces depuis 1979, a été amené à l’Hôpital des animaux blessés de Ganges 34190 le 19 janvier 2011.

Huit plombs de chasse, dont deux dans les ailes occasionnant deux fractures, ont arrêté sa vie d’oiseau libre en cette mi- janvier aux Fumades, près d’Alès, dans le Gard.

L’hôpital des animaux, centre de soins et réhabilitation de la faune sauvage de Ganges est porté par l’association Goupil Connexion, hébergé pour une part à la clinique vétérinaire de Ganges.
Cette association mobilise un grand nombre de bénévoles - volontaires de tous âges sur ce territoire Nord Hérault, entre Parc des Cévennes et garrigues Gard - Hérault, et dont la compétence et le savoir-faire n’ont de cesse d’agir dans l’intérêt de la biodiversité et l’intérêt général des humains.

Ce grand projet est en évolution et veille tout en développant les lieux et les structures d’accueil de développer les compétences du plus grand nombre au SOIN PORTE A LA NATURE AUTOUR DE NOUS.

Nous sommes toujours à la recherche de terrains pour y installer durablement les volières de grand vol, équivalentes aux séances de kiné, plus que nécessaires aux oiseaux avant leur remise en liberté apres parfois plusieurs semaines de captivité et de proximité -douloureuse souvent- des humains...

C’est ainsi que nous veillons, lors des relâchers publics, de sensibiliser les différentes communes des Communauté de Communes environnantes des responsabilités que nous avons tous pour agir en faveur d’un avenir paisible et heureux de notre planète.

Ce dimanche à Laroque, accueillis attentivement par Mr Pierre Chanal, élu de cette "grande" commune proche de Ganges et responsable environnement de la Communauté de Communes, ce bel oiseau est reparti libre, des mains de Mireille qui l’avait au tout départ ré-alimentée avec patience.

Trois fractures, dont une sur les patte et deux aux ailes... Rien moins simple de retrouver goût à la vie.

Toute ébouriffée de ces moments d’enfermements obligés, elle a tout d’abord choisi un grand chêne au dessus de la rivière, houspillée par des pies, pour se remettre des 3 mois de captivité, avant de repartir vers sa vraie vie d’oiseau libre.

De l’Espagne à la Sibérie orientale, son espace aérien ou aire de répartition est européen, et bien plus encore.
C’est ainsi que l’hiver, nous "recevons" en région méditerranéenne une grande partie des populations nordiques paléoarctiques qui passent la mauvaise saison avant de repartir au printemps nicher là où bon leur plait.
Souhaitons lui bon vent et qu’elle ne croise plus jamais ce genre de chasseur-là... En voie de disparition certes, mais bien trop encore présent dans nos territoires méditerranéens.

Une pensée au Balbuzard pêcheur qui ne retrouvera pas la mer du Nord où elle était née, et aux deux grand ducs euthanasiés cette même semaine.

Merci à toutes et à tous, et à tous ces enfants si motivés qui entrainent leurs parents dans cette aventure...

Pour les belles photos - reportages de François Ledru, cliquez sur le lien..