6ème congrès international des MARTINETS fin mai 22 à SÉGOVIE - Goupil y était, assurément !

6ème congrès international des MARTINETS fin mai 22 à SÉGOVIE - Goupil y était, assurément !

Goupil connexion était fin mai 2022 au 6ème congrès international des martinets, qui n’a lieu que tous les deux ans... en instance depuis 2020 cause pandémie..
JPEG - 202.3 ko

Goupil connexion et son engagement auprès des martinets, espèce emblématique estivale des villes et villages depuis 1997 ne pouvait pas ne pas y être. Pour continuer d’apprendre, d’échanger et de comprendre ce monde fantastique où nous vivons.

JPEG - 494.6 ko

L’aqueduc romain en granit au centre de la ville de Ségovie héberge la plus grand colonie reproductrice de martinets noirs d’Europe (estimée à plus de 2000 couples) !
Impressionnant.

Notre Pont du Gard est sûrement à aller explorer côté martinets...

Marie-Pierre Puech y a présenté une synthèse de données d’actions de sensibilisation et de nos 13 ans d’accueils à l’HFS, dont le 1er Festival des Martinets qui a eu lieu en 2018 à GANGES. Près de 4000 martinets noirs accueillis depuis la création de l’Hôpital Faune Sauvage. Honneur à nos vaillants mangeurs de moustiques, déjà salués en 2019, ici, par des actions sur Montpellier et Ganges en 2019.

Nous avions déjà produit des animations, des panneaux pour rendre visible leur présence magique et leur rôle. Lisez un peu.

JPEG - 1.6 Mo

Et en 2022 nous continuons.
Voici les posters de notre présentation en FRANÇAIS :

JPEG - 2.2 Mo

et ici en ANGLAIS :

JPEG - 2.7 Mo

Vous aurez plus de données sur le site du congrès, qui a rassemblé 150 participants du monde des martinets, dont des américains, du nord et du sud et bien sûr des européens.

Une seule française rencontrée là bas qui travaille sur TOULON, Katherine Dubourg avec qui des liens martinesques se tissent.

PNG - 36.1 ko

Tous très engagés d’agir pour que cette espèce fantastique mangeuse de moustiques et du plancton aérien, ne disparaisse pas, alors que les effectifs mondiaux sont en chute libre en lien avec toutes les rénovations urbaines qui ne pensent qu’au confort des humains, oubliant tant de compagnons de route non humains qui rendent nos étés lumineux et chantant et une baisse massive des insectes (agriculture toxique et intensive partout répandue).

Beaucoup de niveaux d’actions, que ce soit en tant qu’experts scientifiques, soigneurs animaliers de centres de soins, actions avec les écoles, les enfants ou que ce soit comme citoyens urbains engagés pour partager et faire exister une science citoyenne participative pour vivre longtemps avec les martinets, ces échanges magnifiques donnent à comprendre que sans eux... nous ne sommes rien.

Le précédent était à Tel Aviv en 2018, le prochain sera en 2024 à Trieste, nous y serons !

Et nous, continuons de mettre les martinets à l’honneur, à coté des hérissons, comme deux espèces prioritaires de toutes nos actions de réparation, à la fois pour l’espèce et le soin aux juvéniles orphelins trop tôt et pour le soin de leurs espaces de vie sans frontières à réparer, espaces de reproduction dans nos habitats urbains et espaces de nourrissage, avec le gite et le couvert à assurer à tous ces migrants afro-européens.
Penser qu’il n’est pas encore trop tard pour agir.

JPEG - 325.7 ko
1er pas de cette science citoyenne en marche : réaliser prioritairement l’investigation des sites de reproduction : où exactement, quelle rue, sous quel toit, quels trous de façade, et combien viennent ils encore cette année 2022 honorer nos cités.

2ème pas, plus que nécessaire : prendre soin avec amour, efficacité et immense respect de tous ces orphelins qui nous arrivent l’été pour qu’ils repartent au plus vite et dans les meilleures conditions. Ces princes noirs tombés du ciel, nos frères déjà.

Ces jours-ci ce sont les journées mondiales des martinets.
Pensez à eux.

JPEG - 738.8 ko
JPEG - 738.8 ko

Ils nourrissent ces jours leurs 2 ou 3 jeunes qui mettront 2 à 3 ans avant de se poser pour nicher à nouveau dans les contrées où ils sont nés. Espèce longévive de près de 30 ans.
Allez sur la page de notre 1er Festival des Martinets. Beaucoup d’informations intéressantes à apprendre.

Et le patient numéro 666 de l’Hôpital Faune Sauvage est le 1er bébé martinet noir arrivé de Brissac, à 9 grammes (l’adulte pèse entre 35 à 40 g)... nu comme un ver...

JPEG - 1.1 Mo

Venez bientôt en appui à l’atelier nourrissage des jeunes martinets orphelins qui va démarrer très vite, mi juin... 4 repas par jour, de 7 H 30, 11 H, 15 H et 19 H et décollage du Pont Vieux de Ganges, bientôt rebaptisé le Pont des Martinets noirs.

Ici l’annonce comme chaque été de volontaires motivés à venir apprendre la langue du martinet cet été. C’était en 2017... 2022 sera chaud.

Merci
et venez vite en appui si le cœur vous en dit.

Faites un sms pour voir comment et quand venir ou pas en bénévole 07 69 95 71 67. Nous vous répondrons très vite.

JPEG - 338.6 ko

Une pensée émue à notre ami Alexis qui nous soutient, déjà loin de notre récif local, mais si présent, toujours.

JPEG - 402.2 ko

Et à notre autre grand ami de martinets, Gérard Gory qui suit avec passion depuis 40 ans dans les greniers du Muséum d’Histoire Naturelle de Nimes plus de 166 nichées de de martinets noirs.

Que votre été soit lumineux et doux.